Twitter
LinkedIn
RSS
ClickBank1
ClickBank1

Crucial Adrenaline Cache augmente les performances des disques durs existants afin d’accroître les performances globales


Jeudi 5 janvier 2012


La nouvelle solution Solid State Cache combine un disque SSD économique et très performant à un disque dur de grande capacité déjà existant pour un extraordinaire gain de performance du PC.

 Crucial, une marque leader mondial en matière de modules mémoire et de stockage, annonce aujourd’hui sa solution Crucial Adrenaline Solid State Cache pour des performances améliorées sur PC. Comprenant un disque SSD Crucial m4 de 50 Go, un adaptateur pour carte de 3,5 pouces, et un logiciel, la solution Crucial Adrenaline déplace en cache les fichiers plus fréquemment utilisés sur le disque SSD les et conserve sur le disque dur les fichiers les moins utilisés. L’association d’un disque SSD économique et très performant avec un disque dur existant offre aux utilisateurs le meilleur des deux mondes: une performance similaire à celle des disques SSD et la grande capacité offerte par un disque dur traditionnel, le tout à un prix abordable (mais encore inconnu).



Mettre à jour un système avec Crucial Adrenaline est un processus simple. Les clients n’ont qu’à brancher le disque SSD dans la carte mère avec un câble standard SATA, démarrer l’ordinateur, puis installer le logiciel mise en cache. Une fois installé, le logiciel combine le disque dur existant du client et la mémoire Solid State Cache pour former un seul système de stockage. Le logiciel de mise en cache est entièrement automatisé, fonctionne en arrière-plan, et ne nécessite aucune gestion de l’utilisateur.


Reste maintenant à tester cette solution dans les faits pour voir si les gains sont réels et surtout pour savoir si le logiciel chargé de mettre en cache les informations fonctionne bien et optimise effectivement les bons fichiers. C’est en effet lui qui fera de cette solution une alternative économique à l’achat d’un SSD de grande capacité. Par le passé, d’autres marques ont tenté de sortir des solutions similaires mais les performances n’ont jamais réellement été à la hauteur.



Google Music sur le point de lancer son shop !


Selon une news d’Engadget, le magasin en ligne de Google Music serait proche de son lancement !

En effet, des utilisateurs s’étant connecté à music.google.com sur leur appareil Android ont été redirigé vers la page suivante :



En cliquant sur “shop Android Market”, les utilisateurs ont été redirigé vers market.android.com/music; qui est une URL inexistante (pour le moment). Les utilisateurs de la build Developer de Chrome OS ont quant à eux eu droit à une nouvelle icone ressemblant à un market et une note de musique… Tout cela semble indiquer que Google va lancer son shop dans très peu de temps…!



Nest, la nouveauté des pères de l’iPod


Nest“, nid en anglais, est le nouveau produit tout droit sorti des bureaux de la société créée par des anciens d’Apple et pas n’importe lesquels puisque ce sont Tony Fadell et Matt Rogers. On peut clairement identifier ces deux personnages comme faisant partie intégrante de l’équipe qui a mis au point les premiers iPod.
Leur société, Nest Labs, développait un produit depuis quelques temps déjà, mais le tout était resté secret jusqu’à aujourd’hui et leur nouveau bébé nous est révélé : un thermostat.


 

Alors certes, on aurait pu s’attendre à un produit orienté musique ou une nouvelle révolution dans le domaine de l’informatique, ce n’est pas vraiment le cas, si ce n’est peut-être au niveau du design puisqu’il utilisera le fameux “Click wheel” des iPods pour les réglages. Le Nest est aussi intelligent, doté de 6 capteurs parmi lesquels température, humidité, mouvement ou encore lumière ambiante lumière ambiante, il est capable d’apprendre en une semaine vos habitudes. S’il ne détecte aucune lumière pendant un temps donné, il en déduira que personne n’est à la maison et baissera la température; pareil en détectant des sources de lumières en fonction des pièces, il s’ajustera.
En fonction des pièces ? Oui parce qu’ils peuvent être couplés entre-eux et s’échanger des informations pour s’adapter aux différentes situations.



Comble du raffinement, et soyons, honnête, minimum requis à notre époque, tous ces thermostats sont dotés d’un module wifi qui permet de les contrôler en ligne ou grâce à l’application iOS et la (future app) Android. L’appareil dispose aussi de différentes sécurités que vous pouvez paramétrer dont un mot de passe ou des températures minimales maximales à ne pas dépasser.

Concernant la bague “Click wheel”, elle sert a régler manuellement la température, l’écran quant à lui indique la température, la couleur étant là pour indiquer s’il chauffe ou si la pièce se refroidit. Ingénieux et logique à la fois tout en vous promettant d’être écologique… comme tout thermostat au final, mais avec style.



Si ce produit tout de métal brossé vêtu vous intéresse et bien il va falloir être patient, il n’est pour le moment distribuer qu’aux Etats-Unis (sur l’online Store de Nest ou via la chaîne de magasins Best Buy) contre 249$. Pour l’installation, vous pourrez faire ça vous même en suivant le manuel ou demander l’intervention d’un technicien.


Source


Les ondes GSM ne seraient pas nocives…


Selon une vaste étude menée au Danemark pendant plus de 18 ans et sur 358.403 personnes, l’utilisation du GSM n’accroît pas le risque de cancer du cerveau (ouf !).

Cette étude qui était censée s’arrêtée en 2002 a été prolongée jusqu’en 2007. Sur l’ensemble du panel, 10.729 personnes ont développé une tumeur du système nerveux central, ce qui est comparable au taux relevé parmi les personnes n’utilisant pas de GSM. Ces taux ne changent pas en fonction de la durée d’exposition : les personnes abonnées depuis 13 ans suivent la même courbe que les autres.



Il faut cependant relativiser ces résultats, même si l’étude a été menée pendant une très longue période, puisqu’il existe à peu près autant d’études relevant des liens entre GSM et tumeurs que le contraire. Une autre étude (Interphone par le CIRCvoir ce lien de l’OMS) faite dans 13 pays ne parvient pas non plus à démontrer de lien de cause à effet, mais l’analyse approfondie des résultats laisse entrevoir des différences entre pays et entre utilisateurs (tout le monde n’utilise pas son GSM de la même façon). Pour les utilisateurs les plus anciens, il semble possible que le taux de gliomes augmente, sans pour autant pour le certifier, les différences étant minimes.


Rappelons enfin que le risque de tumeur est lié au fait qu’en utilisation prolongée, les ondes émises par le téléphone provoquent un échauffement dans le cerveau et qu’à l’heure actuelle, rien ne démontre ou infirme que cet échauffement soit nocif. Malgré cela, la prudence est la mère de toutes les vertus ! ^^


 


La voie de la sagesse ou comment tuer l’innovation


Alors qu’Apple a choisi la voie judiciaire pour régler la plupart  des conflits afférant aux brevets, Microsoft a choisi celle du profit en faisant signer des contrats à toutes les entreprises utilisant ses brevets sans autorisation. Et ce mode opératoire semble plus que rentable puisque la firme de Redmond demande des royalties à hauteur de 7 à 12$ par terminal Android vendu (gsm et tablette)… ce qui pour le moment équivaut à un gain d’environ 400 millions de dollars ! La Pomme devrait peut-être y réfléchir à deux fois.



Il n’est pourtant pas judicieux d’affirmer que les entreprises produisant des appareils sous Android violent effectivement les dit-brevets, mais qu’une entente financière est de toute manière plus profitable aux deux parties, qu’une longue et coûteuse bataille financière et/ou l’interdiction de produits (à ce sujet, je vous invite à lire l’article publié sur macgeneration à propos des brevets qui est éloquent)…

Microsoft vient de signer avec Compal, c’est donc le dixième acteur du marché a céder à l’éditeur.

Cette guerre des brevets qui sévit depuis un certain temps dans l’industrie présente une incohérence majeure : ces licences d’exploitation (Microsoft) rapportent autant que les produits rapportent à ceux qui innovent (Google)… et le risque est réel de voir les grandes compagnies se faire des réserves de brevets.


Google ne voit pas les choses de la même façon et a publié il y a quelques temps déjà une lettre ouverte intitulée “Quand les brevets attaquent Android“; dans laquelle le service juridique de la firme de Mountain View déclare qu’une ligue s’est formée contre Android (la traduction de cette lettre est disponible ici) et que cette guerre est un réel frein à l’innovation.

Pour Microsoft, la démarche est totalement logique et son bien fondé n’est plus à démontrer vu que la plupart des entreprises signent ces contrats pour éviter toute forme de procès.



La source du problème est plutôt dans le système même des brevets américains qui imposent des dommages punitifs pour toute violation alors qu’en Europe la tendance est à trouver un arrangement et à répartir les tords. Quand on sait qu’un modèle de smartphone peut être concerné par plus de 250.000 brevets, on voit les problèmes que cela peut engendrer.

Google ne possède qu’un millier de brevets, Apple en a au moins 10.000 et des firmes comme IBM en dépose près de 6000 par an, dès lors la position du géant de la recherche n’est pas la plus enviable dans cette nouvelle guerre industrielle… surtout que la plupart des produits de Google sont gratuits et que ses revenus proviennent de la publicité !


Apple et Microsoft ont choisi des voies différentes pour faire appliquer leur droit à la protection de la propriété intellectuelle, mais aucune de ces deux voies n’est celle de la sagesse et encore moins une source d’innovation ou d’inspiration pour l’industrie, que du contraire. Il est difficile d’accepter ce genre de pratique si peu courantes en Europe et qui posent en plus des problèmes d’éthique (ex : toute les entreprises n’ont pas les moyens de payer des royalties ou de subir un procès; même dans leur bon droit, etc.) et on ne peut qu’espérer que ce genre de pratique en cours depuis le début des années 80 et l’introduction des brevets logiciels cessent ou qu’un organe régulateur voit le jour au plus vite.



Le Nokia N9


Une petite news pour vous parler du Nokia N9; le prochaine terminal Nokia qui devrait débarquer (dans certains pays du moins) le 23 septembre 2011.

Ce smartphone est équipé de Meego, qui est un système résultant de la fusion de deux projets : Maemo et Moblin qui étaient respectivement développés par Nokia et Intel. Meego est assez simple au niveau du fonctionnement et ne déroutera personne, il est multi-tâche, libre, basé sur Linux… bref, une merveille en théorie… Meego est d’ailleurs aussi installable sur les PCs, portables et tablettes.



Alors que la plupart des constructeurs se cantonnent à un seul OS mobile pour leurs produits, Nokia en est à son troisième : Symbian (l’OS maison), Windows Phone 7 (gros accord avec Microsoft) et enfin Meego. Dès lors, on est en droit de se demander si Nokia ne se disperse pas ?

Symbian ne va pas être arrêté mais ses équipes de développement ont été nettement réduites et il y a peu de chance pour qu’il y ait encore des évolutions majeures de ce système. L’accord avec Microsoft va forcer Nokia a mettre en avant ses portables tournant sour WM7 et vu les sommes impliquées, il y a fort à parier que les Windows Phone deviendront le fer de lance de Nokia.

Mais alors… Meego ? Et bien on n’en sait rien du tout et c’est bien là le problème ! Comment Nokia (et d’autres, Meego étant libre, il peut être implémenté par tous) espère convaincre les développeurs de coder pour cet OS en sachant qu’il n’y a pour l’instant qu’un seul et unique smartphone tournant dessus ?

Quelle espérance de vie pour ce téléphone somme toute haut-de-gamme ? Bref, un sacré manque de communication qui causera peut-être la perte de ce projet (qui a dit “un peu comme WebOS” ?).



Revenons-en au téléphone en lui-même et à ses spécifications :

Au format “candybar”, le N9 est propulsé par un puce OMAP P3630 cadencée à 1Ghz de chez Texas Instrument, un GPU PowerVR SGX530 et 1Go de mémoire vive. Il dispose bien sûr du bluetooth 2.1 avec EDR, du Wifi N, d’un GPS, d’une puce NFC, d’un appareil photo 8 Mégapixels avec optique Carl Zeiss et deux flash LED. Très bien équipé même s’il ne dispose pas d’un CPU dual-core, il semble très véloce. Le stockage est assuré par une mémoire interne variant de 16 à 64 Go !


Le système d’exploitation (version 1.2 “Harmattan”) dispose de trois écrans principaux : accueil, évènements, applications. Interface multi-touch et grande compatibilité multimédia sont au programme. Le N9 est capable de lire une très large série de formats :

  • Vidéo : H.263, MPEG4-SP & ASP, H.264 BP/MP, WMV9 / VC-1 and Mkv (Matroska)
  • Audio : MPEG-4 AAC , eAAC, eAAC+, MPEG-1 audio Layer2 (MP2), MPEG-1 audio Layer3 (MP3), WMA 9, WMA Voice 9, WMA Lossless 9, WMA Professional 9 and 10, Dolby Digital Plus (AC-3 & E-AC-3), FLAC
  • Bureautique : .doc, .docx, .xls, .xlsx, .ppt, .pptx, .odt, .ods, .odp, .pdf

Ovi Maps, le système de cartographie de Nokia est bien sûr présent et assure un guidage GPS audio étape par étape; la firme finlandaise assure que les applications suivantes seront disponibles au lancement du GSM : Vimeo, Twitter, Skype, Facebook, Wi-Fi Hotspot, Angry Birds “Magic”, Foursquare, AP Mobile et AccuWeather.

Il semblerait, sur le papier et en vidéo, que ce smartphone soit une véritable bombe et il est maintenant temps de croiser les doigts pour que l’OS Meego réussisse à percer, là où tant d’autres ont échoués.

Et une petite vidéo de présentation pour finir :


Humble Indie Bundle : payez ce que vous voulez pour 6 jeux !


Oui, le monde du jeu vidéo n’est pas (uniquement) dominé par les grosses boites qui vous imposent de dépenser entre 40€ et 75€ pour un unique jeu. Certaines initiatives méritent que l’on s’y attarde, comme celle-ci : Humble Indie Bundle !



Comme son nom l’indique (mais peut-être pas à tous), il s’agit d’une collection de jeux indépendants proposés à un prix plus que démocratique puisque c’est vous qui le fixez ! Il ne s’agit pas de gros blockbusters interplanétaires engrangeant des millions de dollars de bénéfices, mais de jeux créés par des petits studios indépendants et passionnés par ce qu’ils font. Vous retrouverez donc parfois des moteurs graphiques (un tout petit peu) dépassés mais surtout, vous allez découvrir un gameplay recherché, une ambiance nouvelle et au final, un vent de fraîcheur qui souffle sur le monde vidéo-ludique.


Cette troisième édition vous permet également (comme les autres éditions par le passé), en plus de déterminer le montant de votre achat, de le répartir entre différentes oeuvres de charité, comme bon vous semble, quitte à ne rien donner aux développeurs… Ils sont fous chez Humble !


Choses à prendre en compte : les jeux sont libres de DRM (Digital Rights Management), c’est à dire qu’il n’y a aucun vérrou numérique, vous pouvez les installer partout et autant de fois que vous le voulez; et ces jeux sont “cross-platform“, c’est-à-dire que vous pourrez y jouer sous Windows, Mac et même Linux !


Afin de vous motiver encore un peu plus, l’équipe d’Humble vous propose de vous offrir les bundles précédents si vous versez plus que la moyenne actuelle (5,38$ au moment où j’écris ces lignes); ce qui vous fera 11 jeux pour une somme ridicule (ou pas, selon votre offre ;-) ) :

  • Crayon Physics Deluxe
  • Cogs
  • VVVVVV
  • Hammerfight
  • And Yet It Moves
  • Steel Storm

Et du bundle numéro 2 :
  • Braid
  • Cortex Command
  • Machinarium
  • Osmos
  • Revenge of The Titans

Rajouté à cela l’accès gratuit à Minecraft jusqu’au 14 août.

L’offre se termine le 10 août, ça vous laisse un peu de temps pour vous ruer dessus !

La petite vidéo promotionnelle qui avait été lancée au début et qui ne comprend pas tous les jeux :


 

 

Picasa devient illimité pour les utilisateurs Google +


Bonne nouvelle en effet pour les utilisateurs de Google + qui atteignaient la limite d’espace disponible sur le service Picasa, il semblerait que Google fasse sauter la limite des 1Gb gratuit pour les utilisateurs de son service social !



Attention cependant, cette faveur accordée a ses propres limites et le quota de Picasa ne changera pas tant que les images uploadées sur le service ne dépassent pas 2048×2048 et que les vidéos se limitent à 15min maximum. Donc à priori vous n’aurez pas à vous soucier de l’espace consommé tant que vous respectez ces règles… reste à savoir si Google proposera un service de redimensionnement automatique au chargement de nouvelles photos…


Ces nouvelles conditions d’utilisation sont en ligne depuis le 28 juin 2011; les utilisateurs n’ayant pas encore un compte “+” verront leurs images redimmensionnées en 800 pixels maximum. Il semblait logique que Google réagisse en augmentant la limite de stockage s’il veut imposer son réseau social, puisque son concurrent direct, Facebook, n’applique pas de limite.

Il ne reste plus donc maintenant qu’à attendre la levée du blocages des invitations pour que nous puissions tous utiliser les services de la pieuvre du web ! :-)